Déclaration

Championnat du monde de poésie slam 2022

DÉCLARATION DE LA WPSO CONCERNANT L'ÉDITION DU CHAMPIONNAT 2022

Après des années de réunions, de discussions et de préparations, notre premier championnat du monde de slam de poésie a finalement eu lieu à Bruxelles la dernière semaine de septembre. Ce n'était que le premier d'une longue série que nous prévoyons à l'avenir ; une incroyable réunion de poètes de 38 pays, des moments et des performances inoubliables qui nous ont marqués mais qui nous ont donné aussi beaucoup à apprendre.

 

Comme toute personne regardant le streaming en ligne ou présente dans les fauteuils de Kinepolis a pu s'en rendre compte, des erreurs ont été commises par le comité d'organisation du festival, ce qui a entraîné une liste incorrecte des finalistes affichée à l'écran après la deuxième demi-finale.

 

Ainsi, en premier lieu, nous souhaitons adresser de profondes excuses à tout le monde : à la famille Slam du monde entier qui a estimé qu'il y avait un manque de transparence dans la gestion des votes, des scores et des qualifications ; aux poètes et organisateurs présents à Bruxelles qui se sont sentis injustement traités et qui ont manqué également des informations nécessaires concernant le règlement afin d’avoir les mêmes chances que tous les autres participants au concours ; et surtout aux poètes qui ont vu leur nom à l'écran en tant que finalistes pour découvrir ensuite qu'ils n'allaient en fait pas participer à la finale.

 

S'il vous plaît, croyez-nous quand nous disons qu'il n'y a personne de plus déçu de la façon dont les choses se sont déroulées que nous-mêmes. Et sachez aussi que nous procédons déjà à une évaluation complète de chaque aspect de ce premier Championnat du Monde de Slam de Poésie afin de le rendre meilleur pour l'année prochaine et les années à venir, non seulement en termes de scores et de qualifications mais aussi d'équité et de diversité.

 

Cela étant dit, nous allons essayer d'expliquer - avec le plus de détails possible - comment les choses devaient se passer, ce qui n'a pas fonctionné après la deuxième demi-finale et comment nous avons résolu le problème:

1. Les règles

Comme nous l'avons signalé après les Networking Days l'année dernière (un rassemblement en ligne ouvert à tous ceux qui souhaitaient s'exprimer sur les questions WPSO et du championnat WPSC), le format du concours qui a été choisi pour cette première édition était la proposition "Eurovision": un format pensé pour rassembler toute la communauté du Slam de Poésie à travers le monde dans lequel les participants sont notés par un vote du public mondial ainsi que par le vote d'un jury international composé de membres de toutes les nations qui participeraient au concours. Pour permettre le vote du public, une application de vote a été mise à disposition sur notre site officiel pour tous ceux qui souhaitaient voter de chez eux pour leurs 5 poètes préférés, en attribuant 1 point à chacun. Pour le vote des jurys nationaux, un formulaire a été partagé avec les jurys de chaque pays participant afin qu'ils puissent choisir leurs 10 poètes préférés et leur attribuer 12, 10, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2 et 1 points, respectivement. Ensuite, nous avons eu un échange en direct avec les membres des jurys nationaux qui étaient disponibles au moment du vote afin que chacun puisse entendre de la voix des jurys nationaux qui avait été leur poète préféré (et donc reçu ses 12 points). C'était juste pour assurer le spectacle, cependant. Chaque vote avait déjà été envoyé par les jurys nationaux quelques minutes avant d'être mis en ligne. Ensuite tous les scores devaient être additionnés (jurys internationaux et public) nous donnant une note finale pour chaque poète ; les 20 scores les plus élevés des 40 poètes (les deux demi-finales combinées) devaient se qualifier pour la finale.

2. Qu'est-ce qui a mal tourné

La projection de la liste erronée des 20 finalistes n'était que le résultat final d'une série de problèmes que nous pouvons diviser en deux : ceux qui sont apparus avant le début du festival et ceux qui sont survenus au moment du vote ce jour-là (mercredi 28 septembre, deuxième demi-finale).

En ce qui concerne les problèmes qui ont surgi avant le festival, nous nous rendons compte aujourd'hui que la manière dont nous avons géré la communication des règles avant le WPSC, à la fois au public du monde entier et, plus encore, aux poètes et organisateurs participant au concours, était loin d'être idéale. Lorsque nous leur avons parlé pendant le festival et au cours des dernières semaines, nous avons appris que certains d'entre eux n'étaient pas pleinement conscients de la manière dont le vote allait se dérouler. Pas tout le monde ne savait non plus qu'ils pouvaient demander le vote du public de leur pays d'origine, car les versions espagnole et française du document de règlement partagé par le comité organisateur disaient le contraire, alors que la version anglaise était correcte. En conséquence, certains participants ont obtenu beaucoup plus de votes du public que d'autres et, bien que cela ait été communiqué correctement pour le tour final, cela a certainement affecté le résultat des demi-finales.

En outre, de nombreuses personnes du public mondial se sont plaintes de l'application de vote. Il n'a pas toujours donné un message de confirmation approprié après l'envoi des votes et il a également donné l'impression qu'une personne pouvait voter plus d'une fois. À cet égard, nous voulons assurer à tout le monde que même si l'application n'a pas confirmé le vote, chaque vote était soumis et validé lorsqu'un votant cliquait sur "envoyer", et que même si vous aviez pu envoyer plus d'un bulletin de vote, seul le premier de chaque adresse IP était autorisé et retenu.

Enfin, il y a la question de la somme des notes du jury et du public : deux semaines avant le début du WPSC, le comité d'organisation du festival a déclaré que les votes du jury représenteraient 80 % de la note finale tandis que les votes du public compléteraient les 20 % restants ; à ce stade, aucune explication détaillée n'a été partagée sur la façon dont cela allait fonctionner dans la pratique. Donc, ce qui s'est passé est que les calculs derrière cette proposition étaient incorrects, permettant des disparités de score entre les poètes de la première et de la deuxième demi-finale puisque beaucoup plus de personnes ont voté lors de la deuxième demi-finale. C'est pourquoi nous nous sommes retrouvés avec 15 poètes de la deuxième demi-finale et seulement 5 de la première.

Quant aux problèmes qui se sont posés au moment du vote, lors de la pause de 30 minutes du deuxième jour -avant d'annoncer les finalistes- nous avons également compris que le temps que nous nous étions donné pour faire les calculs et arriver à chaque visuel n’était tout simplement pas suffisant, dès lors la tension a commencé à monter et des erreurs se sont inévitablement produites. Comme il n'existait pas de programme approprié pour faire le calcul automatiquement, le comité organisateur transférait des données d'un fichier à un autre et c'est à ce moment-là qu'une erreur humaine est intervenue dans le processus, entraînant une liste erronée de finalistes, qui a ensuite été partagé à l'écran sans seconde vérification car nous étions déjà très en retard sur le planning.

3. Comment nous avons géré la situation

Immédiatement après la fin du streaming, chaque poète et organisateur a été rappelé dans la salle pour expliquer ce qui s'était passé et essayer de trouver une solution commune pour continuer le championnat. À ce stade, le comité d'organisation n'avait toujours pas toutes les informations dont nous disposons maintenant, notamment des informations qui peuvent aider à mieux expliquer les erreurs. Et donc, sans toutes les informations nécessaires à portée de main, la tension a recommencé à monter et les esprits se sont enflammés, et pour cela, nous voulons une fois de plus exprimer nos excuses pour la manière dont cette conversation a été gérée et aussi pour le fait que même si le comité d'organisation avait dit que les poètes et les organisateurs allaient avoir jusqu'au lendemain matin pour faire une proposition, cela ne s'est pas avéré être le cas.

Le lendemain matin, une réunion du conseil d'administration a été convoquée pour examiner différentes options : annuler le tour final, organiser un tour final avec les 40 poètes, organiser le tour final avec ceux que le comité d'organisation pensait être les 20 poètes les mieux notés plus les quatre poètes dont les noms seraient apparus par erreur à l'écran ou uniquement avec ceux que le comité d'organisation pensait être les 20 poètes les mieux notés. Ensuite, une séance de vote a eu lieu et, par décision partagée, la décision était d'aller de l'avant avec la finale et de le faire avec ce que le comité d'organisation pensait être les 20 meilleurs scores.

Dès lors cette nuit-là, la finale a eu lieu et les participants ont pu intervenir : les poètes et les représentants nationaux. Chacun a été entendu et a eu la possibilité de s'exprimer. Au final, nous sommes convaincus que, comme toujours, la poésie l’a emporté.

Alors que cette déclaration est mise en lumière, nous voyons encore des poètes et des organisateurs rendre public leurs comptes sur les médias sociaux pour partager leurs pensées et leurs sensations avec leurs adeptes et l'ensemble de la communauté. C'est quelque chose que nous, en tant qu'organisation horizontale que nous travaillons constamment à devenir, non seulement comprenons mais aussi encourageons car c'est un facteur important dans notre processus d'apprentissage alors que nous tentons d'atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés il y a quelques années dans notre première déclaration en tant qu'organisation naissante. Et c'est dans le même esprit que nous vous demandons, alors que vous continuez à vous exprimer et à suggérer des améliorations dans notre organisation, de le faire de manière respectueuse, sans vous laisser entraîner dans des attaques délibérées qui, même si elles sont liées à des situations déjà abordées dans ce document - et pour lesquelles nous nous engageons à créer les espaces appropriés au sein de l'organisation pour une discussion et une compréhension plus approfondies -, nous semblent pouvoir être résolues dans les limites du respect de chaque individu et de sa dignité.

Beaucoup de travail nous attend et c'est à nous de le faire en tant que communauté. Nous vous demandons à tous de vous joindre à nous dans ce processus d'apprentissage et de bâtir un avenir meilleur pour notre organisation et pour ce beau jeu auquel nous aimons tous jouer et qui nous a tous réunis. Nous pouvons faire mieux et nous ferons mieux. Le Brésil nous attend en 2023 tandis que nous continuons à partager la poésie et que nous essayons de donner à chaque voix une place -et une chance- d'être entendue. Rendons tout ça épique. Faisons-le ensemble.

SIGNÉ PAR